Retour à l'accueil du site de la SFO Poitou-Charentes et Vendée

SFO-PCV Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée

Accueil du sitePhotographiePhotos Nature
CHENILLES et autres larves d’insectes - La larve mélolonthoïde du Hanneton (Ver blanc)





PHOTOS NATURE ET BIODIVERSITE


La larve mélolonthoïde du Hanneton de la Saint Jean (Amphimallon solstitialis)
"ver blanc"


Envoi de Jean-Pierre Ring



Improprement appelé  ver blanc, il s’agit en fait de la larve d’un coléoptère, un Hanneton.
Cet indésirable des jardins et des cultures peut causer des dégâts dommageables lorsque sa prolifération devient importante.


Le terme de ver blanc tient au fait que cette larve peu mobile, aussi qualifiée de larve paresseuse développe un tégument très peu sclérotinisé. Le tégument des insectes leur sert d’exosquelette sur lequel s’insèrent les muscles. La faible mobilité ainsi que le rôle protecteur offert par le milieu de vie souterrain ne nécessitent pas un tégument renforcé ce qui confère au corps une grande mollesse et une très faible pigmentation.

Seule la tête est très fortement sclérotinisée ainsi que les pièces buccales qui y sont insérées. La musculature puissante des mandibules et des maxilles en particulier vient s’insérer sur la capsule céphalique fortement rigidifiée. Fortement sclérotinisées ces pièces très dures sont donc aussi fortement pigmentées. Elles servent à la larve qui se montre vorace, et s’alimente aux dépends des racines et autres organes souterrains des végétaux.






Bien que peu mobile la larve est renseignée sur le positionnement de son corps par le développement de nombreuses soies courtes et raides bien visibles sur les tergites des segments abdominaux ainsi que celles plus longues portées sur les pattes qui sont adaptées au fouissage et de ce fait courtes et moyennement sclérotinisées.


Les dégats occasionnés par cette larve vorace peuvent être importants comme en témoigne cette photo. La parcelle de pommes de terre sur laquelle j’ai eu la désagréable surprise d’avoir une attaque en règle par la larve du Hanneton de la Saint Jean m’a causé la perte d’environ 5% de la récolte.

Texte et Photographies de Jean-Pierre Ring






Voir des photos de larves mélolonthoïdes de la Cétoine dorée.

Accéder à une étude comparative entre larves mélolonthoïdes du Hanneton et de la Cétoine dorée.









 
Articles associés