Retour à l'accueil du site de la SFO Poitou-Charentes et Vendée

SFO-PCV Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée

Accueil du sitePhotographiePhotos Nature
CRUSTACES - L’Ecrevisse rouge de Louisiane (Procambarus clarkii)






PHOTOS NATURE ET BIODIVERSITE

Crustacés

Ecrevisse rouge de Louisiane
(Procambarus clarkii)

Sup. fam. Astacoïdea -Famille des Cambaridae

Texte et photo de Didier Wolf




L’Ecrevisse rouge de Louisiane (Procambarus clarkii) est originaire du sud-est des États-Unis. Elle a été introduite en France en 1976 pour y être élevée. Échappés d’un de ces élevages, les premiers spécimens sont capturés en 1987 en Grande-Brière-Mottière (Loire-Atlantique). Considérée aujourd’hui comme l’une des espèces envahissantes les plus préoccupantes, elle poursuit sa progression sur l’ensemble du pays.

Ecrevisse rouge de Louisiane Procambarus clarkii

Elle est de couleur rouge, parfois de couleur bleutée ou violacée. D’une durée de vie de 3 à 5 ans, elle mesure 6 à 14 cm (sans les pinces) à l’état adulte et peut peser jusqu’à près de 100 grammes. Ses pinces puissantes sont granuleuses et couvertes de taches rouges. Son habitat naturel est le marécage, mais elle s’adapte parfaitement dans tous les milieux aquatiques, même pauvres en oxygène (étangs, lacs, marais, rivières, ruisseaux…) et respire sans problème hors de l’eau. Elle supporte des doses très importantes de polluants, mais est aussi porteuse saine de la peste des écrevisses dont elle favorise la transmission aux populations locales. Elle est tout-à-fait capable de résister à de grandes sécheresses car elle creuse des terriers dans les berges. Plus surprenant encore : son pouvoir colonisateur ! Elle est capable de survivre plusieurs jours hors de l’eau et parcourir jusqu’à 4 kms en une seule journée ! Se reproduit dès l’âge de 6 mois et deux fois par an. Elle porte en moyenne sous son abdomen 600 oeufs. Aujourd’hui, elle poursuit sa progression sur l’ensemble du pays et ravage tout sur son passage. On dit que son mode de prédation est sélectif et successif, ce qui veut dire qu’elle épuise les ressources alimentaires les unes après les autres : elle mange de préférence les herbiers aquatiques, puis lorsqu’ils ont totalement disparu du milieu, elle s’attaque à une autre proie (mollusques, têtards de grenouilles, œufs et jeunes poissons, insectes, larves diverses…), et ainsi de suite. Elle cause ainsi de profonds déséquilibres dans l’écosystème où elle apparaît : la végétation aquatique est une source alimentaire et un refuge pour de nombreuses espèces (poissons, canards, insectes, amphibiens…) et sa disparition les rend vulnérables et pénalise un peu plus l’activité piscicole. De plus, les terriers qu’elle creuse dégradent la qualité de l’eau en la rendant trouble. Les berges sont fragilisées et finissent par s’affaisser… L’Etat la considère comme une « espèce susceptible de provoquer des déséquilibres biologiques » (article R-232-3 du Code de l’Environnement). La législation interdit donc l’importation, le transport et la commercialisation à l’état vivant de cette écrevisse (arrêté du 21 juillet 1983 : délit passible de lourdes sanctions, peines d’emprisonnement et fortes amendes). Source : http://www.parc-naturel-brenne.fr/ Didier WOLF.






Didier WOLF
Puyfrançais
16 560 ANAIS

Tél : 05-45-69-81-90
Port : 06-17-46-46-77

Site internet CURIEUSE NATURE : 
www.curieuse-nature.net
http://didierwolf.webs.com

https://www.facebook.com/wolf.didier

http://www.charente-nature.org/-LES-PHOTOS-DU-MOIS-.html

http://www.orchidee-poitou-charentes.org/article2331.html














 
Articles associés