Retour à l'accueil du site de la SFO Poitou-Charentes et Vendée

SFO-PCV Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée

AccueilPhotographiePhotos Nature
PHOTOS NATURE et BIODIVERSITE - La Pyrale du Buis (Cydalima perspectalis) une catastrophe écologique occultée








PHOTOS NATURE ET BIODIVERSITE


La Pyrale du Buis (Cydalima perspectalis)

Histoire d’une catastophe occultée

Texte et photos de Jean-Pierre RING






Triste spectacle que celui de ce jardinet, entretenu avec amour et passion par sa propriétaire.
Ce dernier plaisir lui aura été enlevé car subitement et sans prévenir elle aura vu ses buissons de buis se dégarnir de toutes leurs feuilles en quelques semaines.

Du buissson il ne reste plus que les rameaux écorcés et secs, avec deci-delà de vagues signes de repousse : Le responsable, un papillon, une Pyrale, importée d’Extrême-Orient vers les années 2000 et qui a envahi la France depuis l’est, à la vitesse du feu, d’autant plus vite que cette espèce ne possède pas chez nous de prédateurs.
Ce sont les chenilles de ce papillon nocturne qui sont responsables de ce désastre qui touche non seulement les jardins et les parcs mais surtout des espaces naturels sur des milliers d’hectares, en particulier les forêts de buis généralement installées sur les calcaires et les Causses.
Il s’agit d’une véritable catastrophe écologique à très grande échelle, complètement occultée et face à laquelle nous ne pouvons que constater notre impuissance.
Des moyens de lutte existent, mais face à la récurrence des attaques, car le papillon enchaîne 3 générations de ponte par an, avec à chaque fois des milliers d’oeufs pondus au m2, beaucoup renoncent et finissent par arracher leurs plantations.




Ci-contre la chenille de cette Pyrale particulièrement vorace, au dernier stade de son développement. Elle est reconnaissable à sa tête noire ainsi qu’à l’alternance de lignes vert olivâtre sombres et claires.
Les nids qu’elles confectionnent en rassemblant feuilles et petits rameaux avec de la soie les rendent difficilement accessibles.
Différents moyens de lutte peuvent être envisagés.

- L’"épouillage" manuel. opération fastidieuse envisageable sur un nombre très limité de pieds.

- Le traitement chimique avec des composés pyréthrinoïdes. La pulvérisation doit se faire non seulement en surface du pied, mais surtout à l’intérieur du buisson et en particulier sous les feuilles.

- Le traitement bactériologique avec des suspensions de Bacillus thuringiensis

 

- Le piégeage des adultes, à activité nocturne, est envisageable en installant des spots halogènes

- Le piégeage par phéromones est à l’étude.

- Des bassines d’eau avec détergent peuvent avoir leur efficacité.


Même si les différents moyens de lutte peuvent montrer une quelconque efficacité au niveau local, à grande échelle comme les Causses il est à souhaiter que progressivement des prédateurs prennent goût à cette nouvelle source de protéines, et qu’un nouvel équilibre s’installe, limitant la prolifération actuellement exponentielle de ce ravageur.



En savoir plus sur la Pyrale du buis










 
Articles associés