Retour à l'accueil du site de la SFO Poitou-Charentes et Vendée

SFO-PCV Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée

Accueil du sitePhotographiePhotos Nature
MAMMIFERES RONGEURS - Le Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus) Photographies naturalistes et biodiversité.
PHOTOS NATURE
et BIODIVERSITE
MAMMIFERES

Le Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus)
Famille : Leporidae
Ordre : Lagomorphes

Le Lapin est un rongeur herbivore connu de tous. Moins haut sur pattes que le lièvre, il s’en distingue également par des oreilles concolores avec le restant du corps, plus courtes et plus arrondies.
Il fréquente plus particulièrement les endroits sableux où il creuse des terriers parfois organisés en véritables cités souterraines ou garennes, lorsque la population est nombreuse.

SFO Poitou-Charentes et Vendée. Photos Nature. Mammifères. Le Lapin de garenne. Oryctolagus cuniculus.
Photographie : JP. RING
25 juillet 2007
Migné Auxances (86)
SFO Poitou-Charentes et Vendée. Photos Nature. Mammifères. Le Lapin de garenne. Oryctolagus cuniculus. Par son pullulement, le lapin peut causer des dégâts aux cultures, chaque individu ingurgitant quelque 500g de végétaux par jour.
Ceux-ci subissent une première transformation en crottes molles au niveau du caecum, puis sont réingurgitées, remâchées et redigérées, le terme ultime de la digestion aboutissant au rejet des crottes définitives, dures, et qui marquent généralement le territoire par leur amoncellement.

La femelle ou lapine a 3 à 5 portées par an, mais la mortalité parmi les lapereaux est élevée.
Maladies et prédation viennent heureusement limiter leur prolifération en milieu naturel.
Photographies : JP. RING
25 juillet 2007
Migné Auxances (86)
En populations modérées et contrôlées, le lapin de garenne a une action bénéfique sur les stations à Orchidées indigènes où il vient freiner la prolifération végétale, empêchant ainsi les milieux de se fermer trop rapidement et d’évoluer vers le climax.
Trop nombreux, leur présence devient néfaste du fait des grattages intempestifs avec déterrement des tubercules et aussi grignotage des jeunes pousses, empêchant les pieds d’atteindre la floraison, entraînant ainsi le déclin de la station.

Voir des images comparatives avec le lièvre
En savoir plus sur le Lapin de garenne


 
Articles associés